Journée mondiale du climat : Comment réduire notre empreinte écologique

Depuis 1992, la Journée mondiale du climat est célébrée tous les 8 décembre afin de souligner l’importance d’agir contre le changement climatique. À l’occasion de cet événement annuel initié par plusieurs organisations à mission écologique, nous souhaitons vous présenter quelques-unes des mesures prises par Coval pour contribuer à la lutte contre la pollution. En effet, cette cause nous tient non seulement à cœur, mais elle fait partie des valeurs fondamentales qui guident nos choix comme entreprise. Il va sans dire, tous les produits proposés dans notre catalogue sont conformes, entre autres, à la norme EPA 2020 (U.S. Environnemental Protection Agency) en vigueur au Québec.

Des fournisseurs d’ici

Dans le cadre de ses activités, Coval favorise les fournisseurs locaux. Cela lui permet d’encourager et d’enrichir la communauté tout en réduisant son impact sur l’environnement. À l’heure actuelle, cela représente la majorité des grandes marques de produits de notre catalogue qui proviennent du Canada. Acheter local, c’est préférable pour une variété de raisons, dont écologique. D’abord, en choisissant des compagnies et des entrepreneurs d’ici, on s’assure que la qualité des produits respecte les normes en vigueur sur le territoire et que ces derniers ont été conçus dans des conditions de travail éthiques qui s’alignent sur nos valeurs. Ensuite, les émissions de gaz à effet de serre générées lors du transport sont grandement réduites, puisque la distance à parcourir est moins élevée.

Les fournisseurs avec lesquels nous faisons affaire offrent principalement des appareils haut de gamme disposant de garanties de 10 ans, de 20 ans et parfois même à vie. Les foyers, poêles, barbecues et électroménagers de spécialité vendus durent donc beaucoup plus longtemps et ont moins de chances de se retrouver dans des décharges à déchet d’ici quelques années. Coval se tient donc loin des produits de masse et très bas de gamme, privilégiant ceux qui sont durables, bien construits et efficaces. Le consommateur en sort gagnant lui aussi, puisqu’il n’est pas forcé de toujours renouveler son équipement en raison de bris ou d’une construction de mauvaise qualité.

Des choix responsables dans nos bureaux

Pour s’assurer de faire des choix respectueux de l’environnement, Coval a mis sur pieds un comité du Développement durable au sein de son équipe. Plusieurs initiatives ont donc vu le jour comme la récupération des batteries et des petits appareils électroniques des employés, la consignation, le recyclage à partir d’un service de récupération spécialisé et le compost. Un environnement écologique sans papier est également favorisé. Toutes les opérations se déroulent en ligne, à l’aide de technologies infonuagiques. À plus grande échelle, le bâtiment principal et l’entrepôt ont été construits de manière à ce qu’ils soient bien isolés et à ce que la chaleur ne s’échappe pas pendant la période hivernale. Rien n’est laissé au hasard chez Coval.

Des objectifs visant la réduction de l’empreinte écologique

La chaîne des opérations d’une entreprise comme la nôtre a le potentiel d’avoir un impact nuisible sur l’environnement, c’est pourquoi nous avons choisi d’agir pour diminuer le plus possible notre empreinte écologique. Pour tout ce qui a trait au transport des produits, nous consolidons les envois à nos clients afin d’éviter les voyages trop fréquents et inutiles. Nous privilégions aussi le transport maritime ou ferroviaire plutôt que par avion. Dans tous les cas, nous importons seulement des conteneurs au maximum de leur capacité.

Au jour le jour, en entrepôt, le matériel d’emballage des manufacturiers est réutilisé. Coval s’abstient ainsi de faire du suremballage. D’ailleurs, lorsque des produits nous sont retournés et qu’ils sont encore utilisables, nous les revalorisons en effectuant quelques changements de pièces ou réparations. Si le produit n’est plus du tout récupérable, nous conservons les métaux, puis les renvoyons deux fois par année chez nos manufacturiers. Les matériaux sont par la suite fondus, puis réutilisés pour produire de nouveaux appareils.

En mettant en place ces petits et grands gestes, nous désirons avoir un impact positif sur la lutte pour les changements climatiques et contribuer aux efforts nécessaires à l’échelle planétaire pour assurer un avenir heureux aux générations futures. Bref, en tout temps, Coval s’engage à prendre des décisions axées sur le développement durable et à considérer l’environnement comme une priorité.

Et vous? Quelles actions faites-vous pour faire votre part? Tous les gestes comptes, qu’ils soient petits ou grands.

 

Article écrit en collaboration avec Alexandre Nadeau, Directeur des opérations et leader du consciencieux comité du Développement durable.

Plus de nouvelles

Bannière d'article (400 x 400 px) (2)

Conseils d’expert : Connaissez-vous vos cidres?

L’automne est maintenant bien arrivé, ce qui veut aussi dire que c’est la saison des pommes. Si tu n’es pas du genre à enfiler ta veste à carreaux et envahir les vergers d’autocueillette, on te donne une autre option pour profiter quand même des pommes: LE CIDRE. Anciennement très classique, ça a beaucoup évolué et les cidreries nous proposent des produits tout autant différents les uns des autres.
 

Bannière d'article (400 x 400 px)

Braisé de bœuf à la courge et à la «root beer»

Grâce à la collaboration de Boucherie Brunelle, Alain Larose, chef cuisinier, vous revient une fois de plus avec ses recettes toujours plus originales et savoureuses les unes que les autres. Avec les temps froids qui débutent, c’est le temps des repas réconfortants. Cette fois-ci, un mélange surprenant de bœuf, courge et «root beer», à découvrir tendrement.

Bannière d'article (400 x 400 px) (9)

Quelle est la place du gaz en société? – Partie 3

En fait, le gaz naturel est l’une des sources d’énergie les plus efficaces dont nous disposons. Notre approvisionnement en électricité étant limité, le gaz naturel reste la meilleure alternative pour de nombreuses applications. Mais le gaz naturel, jusqu’à ce que nous incluions beaucoup plus de GNR, augmente la quantité de CO2 dans l’atmosphère. Alors quand il y a une alternative, nous devrions l’envisager.

Avez-vous des questions?