Conseils d’experts

Dossier : Quel est le meilleur poêle à bois ? – Partie 2

Par Martine Rolland

| 3 novembre 2021

Vous l’attendiez avec impatience, voici la suite de notre dossier sur le meilleur poêle à bois. Commencez-vous déjà à vous sentir plus outillés pour répondre à la fameuse question: «Quel modèle correspond le mieux à vos besoins en matière de chauffage ? » Pour faire suite à notre article précédent concernant la conception & l’esthétique des appareils, cette semaine, on s’attaque aux performances et à la capacité de chauffage . 

performance & capacité de chauffage

Maintenant que vous vous êtes arrêtés sur l’esthétique et la conception du poêle à bois de vos rêves, vous devriez vous interroger sur vos besoins et attentes en matière de performance. Avez-vous une très grande demeure? Est-ce que l’appareil constituera votre principal moyen de chauffage ou s’agit-il plutôt d’un ajout décoratif? Pour vous aider dans votre cheminement, nous définirons certains concepts en lien avec l’efficacité des systèmes de chauffage.

qu’est-ce que les btu?

L’acronyme BTU renvoie à l’appellation anglaise «British Thermal Unit» que l’on peut traduire par «unité thermique britannique».

Saviez-vous que…

Un BTU représentait à la base l’énergie nécessaire pour faire monter d’un degré Fahrenheit la température d’une livre d’eau. Néanmoins, cette équivalence pouvant varier selon les conditions atmosphériques, l’énergie est désormais calculée en joule (J). Un BTU, selon les nouvelles normes internationales, équivaut donc à 1055 joules.

On utilise cette mesure partout dans le monde pour présenter l’énergie dégagée dans le domaine du chauffage et de la réfrigération. Dans notre industrie, elle est notamment employée pour déterminer la puissance des brûleurs de barbecues, des climatiseurs et, dans le cas qui nous intéresse ici, des poêles et foyers. 

Généralement, plus le BTU est élevé, plus l’appareil est performant et se réchauffe rapidement. Or, on ne doit pas se fier uniquement à cet indicateur, car la qualité du produit et des pièces aura également un important rôle à jouer dans l’efficacité du poêle. L’efficacité est un indicateur de l’industrie, tant pour les appareils au bois que ceux au gaz, qui calcule le ratio d’énergie qui est conservé dans la pièce par rapport à celle qui est évacuée directement dans la cheminée.

Par exemple, un appareil de 25 000 BTU avec une efficacité de 65% conservera 16 250 BTU de chaleur à l’intérieur, alors qu’un poêle de 18 000 BTU de puissance maximale, avec une efficacité de 85%, vous offrira 15 300 BTU de chaleur dans le domicile. Bien que le premier soit plus puissant que le deuxième, on obtient une quantité de chauffage presque équivalente. La différence est que le deuxième consommera bien moins de combustible pour y arriver.

Une des particularités propres au poêle à bois est que la cheminée est souvent exposée. En effet, contrairement aux foyers, le tuyau d’évacuation ne passe pas entre les cloisons. Cela permet donc une redistribution de la chaleur radiante à l’intérieur et réduit ainsi une certaine quantité de perte de chaleur par la cheminée.

Superficie et emplacement

Pour garantir la performance de votre poêle à bois, vous devez considérer quelle est la superficie de la ou des pièce(s) à chauffer. Un appareil surpuissant pour vos besoins aura tendance à rendre l’environnement trop chaud ou à fonctionner moins adéquatement s’il est toujours au minimum. Au contraire, un appareil trop petit offrira une chaleur décevante et amènera certains utilisateurs à surchauffer ce dernier. Il en résulterait ainsi des dommages à long terme pour le poêle. 

Afin de vous aider à calculer le nombre de BTU approximatifs dont vous avez besoin, voici une règle de pouce : Espace en pi2 x 25 = BTU nécessaires. Par exemple, une pièce de 800 pi2 nécessite environ 20 000 BTU de chauffage pour que l’on y soit confortable. Ce calcul est néanmoins à titre indicatif. Nous vous encourageons à consulter les informations sur les produits qui vous intéressent pour en avoir le cœur net.

Il est également important de considérer d’autres facteurs lors de la prise en considération de la puissance de l’appareil.

  • Le volume (pi3) : Lorsque l’on parle de BTU, on demande toujours la superficie. Néanmoins, la hauteur des plafonds a une incidence importante dans le choix d’un appareil. Puisque la chaleur monte, la température ambiante de la pièce sera affectée par le volume d’air qui doit être chauffé au total avant d’arriver au niveau de l’espace de vie. Des plafonds plus hauts que le standard de 7 ou 8 pieds demandent donc plus de puissance.
  • L’isolation : Ce n’est pas un secret pour personne. Si votre demeure est bien isolée, elle conservera sa chaleur et demandera moins de chauffage. Si vous êtes dans une habitation moins bien scellée, il serait préférable d’avoir un appareil plus puissant. Bien sûr, une meilleure isolation permettra de dépenser moins de combustible pour un résultat équivalent.
  • La température extérieure moyenne : Comme on peut le voir sur l’image 1, la température extérieure moyenne est différente selon l’endroit où l’on habite. Plus on se rapproche de la «Zone 1» et plus il fait froid de manière régulière. Or, plus la température est basse à l’extérieur et plus votre appareil doit travailler fort pour obtenir une chaleur confortable. Puisque la puissance maximale de votre poêle est limitée, c’est donc la superficie de chauffage qui diminue. Il est donc préférable de prendre un léger excès de puissance si l’on habite dans une région au climat rude, ou réduire si c’est plus tempéré.
Image 1 : Zones nord-américaines selon la température extérieure moyenne
Carte de capacité de chaleur au Canada et aux États-Unis, par zones
Source : Catalogue Jotul

Si vous souhaitez tempérer plus d’une pièce ou encore toute la maison, un appareil installé au sous-sol, accompagné d’un système de ventilateurs, pourrait s’avérer une bonne solution. Effectivement, puisque la chaleur monte, les autres étages profiteront ainsi d’un certain niveau de chauffage de manière plus efficace.

En fait, concernant l’emplacement idéal de votre poêle à bois, c’est son utilité qui vous permettra de statuer sur la question. Si vous souhaitez faire l’acquisition d’un appareil pour son aspect décoratif, l’endroit où vous le placer aura une moindre incidence. Il faut tout simplement qu’il s’agence avec votre décor. Cependant, si vous avez comme objectif d’en faire votre source principale de chauffage, choisissez un endroit stratégique, de préférence à air ouverte, où la chaleur peut être redirigée partout dans la maison. Évitez les endroits de grande affluence, comme les portes d’entrée, où les courants d’air pourraient interférer avec l’efficacité du poêle. La meilleure chose à faire est d’amener vos plans chez un détaillant spécialisé. Avec l’aide de leur équipe, vous pourrez avoir des conseils sur le meilleur endroit à privilégier selon vos besoins.

MORE NEWS

Bannière d'article (400 x 400 px) (2)

Conseils d’expert : Connaissez-vous vos cidres?

L’automne est maintenant bien arrivé, ce qui veut aussi dire que c’est la saison des pommes. Si tu n’es pas du genre à enfiler ta veste à carreaux et envahir les vergers d’autocueillette, on te donne une autre option pour profiter quand même des pommes: LE CIDRE. Anciennement très classique, ça a beaucoup évolué et les cidreries nous proposent des produits tout autant différents les uns des autres.
 

Bannière d'article (400 x 400 px)

Braisé de bœuf à la courge et à la «root beer»

Grâce à la collaboration de Boucherie Brunelle, Alain Larose, chef cuisinier, vous revient une fois de plus avec ses recettes toujours plus originales et savoureuses les unes que les autres. Avec les temps froids qui débutent, c’est le temps des repas réconfortants. Cette fois-ci, un mélange surprenant de bœuf, courge et «root beer», à découvrir tendrement.

Bannière d'article (400 x 400 px) (9)

Quelle est la place du gaz en société? – Partie 3

En fait, le gaz naturel est l’une des sources d’énergie les plus efficaces dont nous disposons. Notre approvisionnement en électricité étant limité, le gaz naturel reste la meilleure alternative pour de nombreuses applications. Mais le gaz naturel, jusqu’à ce que nous incluions beaucoup plus de GNR, augmente la quantité de CO2 dans l’atmosphère. Alors quand il y a une alternative, nous devrions l’envisager.